Le chat sauvage : le félidé indomptable

Le chat sauvage (Felis silvestris) est une espèce de félin dont l’observation de son évolution a été difficile. On le retrouve principalement en Europe, en Asie occidentale et en Afrique, au travers de trois sous-espèces.

À LIRE ÉGALEMENT : Pour en savoir plus sur les races de chats

Avec une taille moyenne, son aspect est très variable selon les sous-espèces. Découvrez dans notre article tous les détails qu’il faut savoir sur ce félidé indomptable.

Les origines du chat sauvage

Le chat sauvage est un félidé de petite taille, sensiblement celle de nos chats domestiques actuels, dont les données paléontologiques ne permettent pas vraiment de remonter aux origines. Il appartient à une lignée aux côtés du Chaus, du Manul ou du chat à pieds noirs qui se serait séparée il y a 4 ou 6 millions d’années de l’autre lignée qui a abouti aux panthères, aux lynx, aux pumas et aux tigres.

Ce lien a été établi grâce aux techniques moléculaires que les paléontologues utilisent aujourd’hui. D’après l’étude des fossiles, le premier chat sauvage est apparu en Europe. Il a pour ancêtre le Felis lunensis, une espèce qui date du début du pléistocène. C’est un animal qui avait une ressemblance avec la panthère primitive ou le puma.

Au milieu du pléistocène, il y a eu la transition vers le chat sauvage moderne, alors que les animaux étaient encore de grande taille. Puis, certains sont restés dans les dépôts de la dernière glaciation 10 000 avant J.-C. et de la période postglaciaire. C’est ainsi que s’est produite la diminution graduelle de ce félidé.

Le chat sauvage d'Europe actuel
La ligne dorsale noire est caractéristique du chat sauvage

Actuellement, on retrouve plusieurs sous-espèces de chats sauvages dans le monde. Certains chercheurs ont trouvé une séparation nette entre les chats sauvages d’Europe et d’Afrique il y a environ 20 000 ans. Une Adaptation aux écosystèmes secs d’Asie et d’Afrique a favorisé l’essor du chat sauvage dans ces régions.

Enfin, la nomenclature actuelle retient finalement le chat sauvage d’Europe, le chat d’Afrique et le chat d’Asie centrale, les trois principales sous-espèces de l’espèce Felis silvestris même s’il en existe une vingtaine. Actuellement, l’espèce est protégée dans la plupart des pays d’Europe, car elle est menacée par des risques de disparitions à cause de l’hybridation avec les chats domestiques redevenus sauvages, par le morcellement de son habitat forestier, et dans une moindre mesure par le braconnage.

Le chat domestique tel que nous le connaissons est en réalité une sous-espèce cousine (Felis sylvestris catus, souvent abrégée Felis catus à tord) du chat sauvage (Felis sylvestris sylvestris). De fait, ils sont donc hybridables, puisqu’ils possèdent le même nombre de paires de chromosomes et un génotype commun.

Les signes distinctifs du chat sauvage

Le chat sauvage présente différentes caractéristiques phénotypiques, qui permettent de le distinguer quasiment à coup sûr par rapport à un chat haret, car elles ne se retrouvent jamais toutes simultanément chez le chat domestique :

  • une large queue en forme de massue (contrairement au chat domestique qui a une queue en forme de sapin, plus fine à son extrémité), dotée d’un manchon noir à son extrémité, et de 3 à 5 anneaux noirs bien nets
  • une rayure noire le long de la colonne vertébrale, assez caractéristique, et liée notamment au gène tabby, dans sa forme « ticked tabby »
  • une tâche blanche sur la gorge, qui ne s’étend quasiment jamais ailleurs sur le corps
  • des yeux vert/or perçants

Les femelles sont moins massives que les mâles, comme c’est le cas dans de nombreuses races domestiques.

Quel est l’habitat du chat sauvage ?

Le chat sauvage trouve souvent son refuge en forêts de feuillus, en plaine, sur les collines et en montagne a faible altitude, généralement jusqu’à 1000 m d’altitude. Il est fréquent de le rencontrer dans le voisinage des clairières naturelles. Il se loge dans les arbres creux, les broussailles, les crevasses de rocher, sous un troc renversé ou encore dans un terrier de Lapin agrandi ou de blaireau abandonné.

On dit souvent que les mâles sont souvent nomades et circulent sur les territoires de plusieurs femelles, mais en réalité, leur territoire est bien plus vaste que ces dernières. Quant aux femelles, elles sont plutôt sédentaires et territoriales. Pendant les périodes hivernales ou pendant les ruts, les mâles peuvent être également sédentaires.

Les deux sexes partagent les mêmes terrains de chasse et lieux de repos. Le chat sauvage marque souvent son territoire qu’il défend en y déposant de l’urine, des crottes et sécrétions de différentes glandes. En matière de surface territoriale, c’est assez variable selon les régions et la typologie du terrain. En moyenne, une femelle occupe un territoire d’environ 2 km², tandis qu’un mâle peut parcourir un territoire bien plus vaste, de l’ordre de 8 km².

Le chat sauvage européen se retrouve aujourd’hui dans un peu moins de 50 départements français, répartis en deux zones :

  • le quart nord-est de la France
  • le pourtour pyrénéen
Chat sauvage d'Europe
La queue annelée en forme de massue, très caractéristique

Les sous-espèces du chat sauvage

On distingue 3 principales sous-espèces de chat sauvage actuellement, génétiquement liées à des ancêtres communs.

Le Chat sauvage d’Europe (Felis silvestris silvestris)

En plus d’une grande ressemblance avec le chat domestique, le chat sauvage d’Europe a une carrure plus grande et plus vigoureuse. Il mesure environ 70 cm de long et a une largeur comprise entre 38 et 44 cm. Son poids est compris entre 3 et 7 kg et sa queue fait de 20 à 40 cm. Le chat sauvage d’Europe a un pelage bien touffu. Il a une couleur qui ne varie pas tellement, allant du gris au fauve et rayé. Sa queue est généralement noire à son extrémité et annelée de bandes noires. Il est facilement reconnaissable par la bande noire sur son dos. Cette bande va de la nuque à la queue.

Adulte, ce chat atteint parfois la taille d’un renard. Il habite dans les forêts d’Europe de l’est, d’Europe centrale, d’Europe de l’ouest. Il se loge souvent dans les feuillus qu’il apprécie particulièrement pour pouvoir chasser. Il se nourrit de rongeurs, d’oiseaux et d’amphibiens. Le chat sauvage d’Europe a pour particularité de chasser uniquement au sol, jamais dans les arbres. Il a une durée de vie pouvant aller jusqu’à 15 ans (en captivité).

Le Chat sauvage d’Afrique ou Chat ganté (Felis silvestris libyca)

Le chat sauvage d’Afrique est un peu plus petit que celui de l’Europe avec une fourrure un peu plus courte. Sa taille est d’environ 47 à 59 cm de long avec une queue qui mesure environ 26 à 36 cm. Il pèse entre 3 à 5 kg. Son pelage est de couleur sable ou gris clair avec une teinte rougeâtre ou jaune pale. Il a une bande un peu sombre et visible le long du dos. Ces flancs sont plus légers et son ventre est de couleur blanchâtre. Ces oreilles varient du brun au gris avec de longs poils jaunes lumineux autour du pavillon de l’oreille.

Les chats sauvages d’Afrique sont souvent situés dans le nord de l’Afrique et s’étendent autour de la périphérie de la péninsule arabique à la mer Caspienne. Le chat sauvage d’Afrique se nourrit essentiellement de souris, de rats et d’autres mammifères. Parfois, il mange également des oiseaux, des reptiles et des insectes. Il est principalement nocturne et solitaire. Il a une dure de vie de 12 à 15 ans.

Le chat sauvage des steppes d’Asie ou chat orné (Felis silvestris ornata)

Le chat orné est un chat très similaire au chat sauvage d’Afrique. Il a une taille allant de 45 à 70 cm de longueur et un poids de 3 à 4 kg. Le chat sauvage des steppes d’Asie a un pelage qui varie de sa distribution. La couleur de son pelage va du jaune clair au jaune brun rougeâtre et gris. Sa poitrine et son menton ont généralement une couleur blanche. Par contre, sa queue est longue avec une pointe noire. Le chat orné a souvent les pattes un peu plus longues que le chat domestique.

On retrouve le chat orné à l’Est de la mer Caspienne, au Nord du Kazakhstan, à l’Ouest de l’inde, au Sud de la Mongolie et de la Chine. Il est surtout visible dans les zones arides. Il se nourrit essentiellement des gerbilles, des lièvres et des rats. Il est plus fréquent de voir un chat orné pendant la journée.

Questions / réponses sur le chat sauvage

Le chat sauvage n'est pas foncièrement agressif, mais sait se défendre !
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page